Recherche



Dans toutes les cultures originelles, les hommes s’initient et se regroupent pour être plus forts, pour se soutenir.

Les enjeux liés à l’avenir de notre civilisation vont demander de nouveaux hommes, à la fois guerriers et aimants, protecteurs et accueillants...apaisés à l’intérieur pour soutenir et faire face. Gandhi l’a exprimé :

« Les seuls démons dans le monde sont ceux qui courent dans nos propres cœurs. Voilà où la bataille doit être livrée »

Entre hommes, plus de rivalité car nous n’avons plus besoin de séduire.

Plus besoin de jouer un personnage pour être accepté par des femmes, souvent identifiées à leurs peurs, conditionnements, contradictions, blessures profondes issues de milliers d’années de patriarcat abusif.

Nous pouvons laisser surgir l’enfant spontané et instinctif, lui permettant de faire exploser cette carapace qui nous étouffe, de rentrer dans nos vulnérabilités, dans nos ombres et les alchimiser dans une saine fraternité, source d’agrandissement de soi et de déploiement existentiel de tout notre potentiel d’hommes.

Je crois aux hommes (et aux femmes) qui refusent d'être esclaves de leurs propres blessures. Malgré la douleur, ils les nettoient et les guérissent patiemment, avec amour et courage.

Je crois aux hommes qui, à travers d'autres yeux, se voient eux-mêmes et du coup, aiment et respectent toute créature qui existe sur terre.

Je crois aux hommes complets qui n'ont pas besoin de quoi que ce soit parce qu'ils savent qu'ils sont tout.

Je crois aux hommes qui marchent pieds nus, avec peu de bagages.

Je crois aux hommes qui aiment danser, chanter et qui font de la vie une fête.

Je crois aux hommes sensibles qui savent recevoir et donner de l'amour en équilibre, qui écoutent et parlent aussi, ceux qui vivent et qui laissent vivre.

Je crois aux hommes libres qui partagent leur liberté parce qu'ils ne connaissent pas d'autre façon de vivre.

Je crois aux hommes tendres et sauvages, pas encore domestiqués.

2019juinportrait

Mon chemin d’homme rejoint celui de la   biodanza.

Amoureux de la vie, sous toutes ses formes, passionné par le potentiel humain, la découverte avec la biodanza a été une révélation, une retrouvaille.

J'y ai retrouvé la « tribu perdue » qui existait en    moi...comme la nostalgie d'un Eden auquel j'aspirais à retourner...tout en étant dans le présent, ici et maintenant.

Pour la première fois, ce besoin de contact humain, tribal, est quelque chose de « normal », de « naturel », faisant partie de notre identité profonde d'être humain, de nos instincts...

Passer du monde de l’entreprise  à celui de la découverte du chemin vers ma véritable identité, entouré des autres, avec les autres, par les autres...

En 2009, j’ai commencé ma formation de biodanza puis en 2011, j’ai vécu une initiation par le MKP. Ces 2 voies m’ont redonné l’accès à la puissance transformatrice de la fraternité. J’anime régulièrement des stages masculin/féminin et participe à des groupes d’hommes du MKP en Touraine.

Extensions de biodanza utilisées dans ces rencontres :

Le cœur de la transformation, identité et 4 éléments, le cercle des archétypes, identité et estime de soi.

Dimanche 12 janvier

Dimanche 15 mars

Dimanche 7 juin (lieu à définir)

14h (accueil 13h30)- 18h30  2 vivencias- une parole d’hommes

Grande salle du centre social Giraudeau, 84 rue Auguste Chevalier.

(Dans la grande salle, au fond à droite par la porte cochère)

Valeur de l’après-midi : 55€.

Adhérent BEED 50 €.

Pour ceux qui viennent de loin, nous allons les chercher et ramener à la gare.

Nous pouvons aussi héberger.

AMENER UN GOUTER à partager

Ces après-midis sont ouverts aux hommes n’ayant jamais pratiqué la biodanza. Juste me contacter avant.

Renseignements et inscription

ASSOCIATION BIEN ETRE ET DEVENIR

Yves DANIEL           1 rue Henri Dunant 37400 AMBOISE

Tel : 06 20 62 46 02 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..     http://biodanzaenlien.com/yves-daniel

« Frère, nous avons voyagé à travers les siècles.

Nous avons rencontrés la saveur de la danse.

Et nous nous rencontrerons à l’avenir »

Rolando Toro Araneda

(extrait Poésie « Frère » Extasis del renacido. Traduction Vishnuda Degrandi.)